#fri-SOUL IMPULSE

S’EN SORTIR SANS SORTIR!

Nous te proposons des inspirations pour cette période de confinement. Prends soin de toi!
Hier findest du Inspiration für deinen Alltag in aussergewöhnlichen Zeiten. Halte dich fit, körperlich und seelisch!

View this post on Instagram

fri-SOUL IMPULSE #7: Prenons l’appel de rester à la maison aussi pendant cette période ensoleillée au sérieux, car rester chez soi sauve des vies. Vielleicht hilft es uns, die unfreiwillige «Haft» auszuhalten und dem Drang nach Freiheit vorübergehend zu widerstehen, wenn wir an all die Menschen denken, die als Opfer von Unrechtsregimes unter widrigen Bedingungen inhaftiert sind. ETTY HILLESUM (1914-1943): On est partout chez soi. Partout où s'étend le ciel on est chez soi. En tout lieu de cette terre on est chez soi lorsqu'on porte tout en soi. Man ist überall zuhause. Überall unter dem weiten Himmel ist man zu Hause. Auf jedem Fleck der Erde ist man zu Hause, wenn man den Himmel in sich trägt. #frisoulch #ettyhillesum #stayathomesaveslives

A post shared by fri-soul (@fri.soul.ch) on

 

View this post on Instagram

fri-SOUL IMPULSE #6: In Zeiten der Bedrohung ist es verführerisch, sich (nationalistisch und gemeinschaftlich) abzuschotten. Aber besinnen wir uns doch auf unsere Wurzeln… Les menaces actuelles risquent d'entraîner "un repli sur soi" dans notre société. Résistons au nom de notre foi ou au moins de notre constitution… Au nom de Dieu Tout-Puissant! […] Conscients de leur responsabilité envers la Création, […] résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde, […] sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres… Préambule de la Constitution fédérale (1999) Im Namen Gottes des Allmächtigen! […] in der Verantwortung gegenüber der Schöpfung, […] im Bestreben, den Bund zu erneuern, um Freiheit und Demokratie, Unabhängigkeit und Frieden in Solidarität und Offenheit gegenüber der Welt zu stärken, […] gewiss, dass frei nur ist, wer seine Freiheit gebraucht, und dass die Stärke des Volkes sich misst am Wohl der Schwachen… Präambel der Schweizer Bundesverfassung (1999) #frisoulch #constitutionfederale #zusammensindwirstark

A post shared by fri-soul (@fri.soul.ch) on

 

View this post on Instagram

fri-SOUL IMPULSE #5: Was weiss die Ameise von unseren Sorgen und unserer Sehnsucht? Und was wissen wir Menschen von den Sorgen und der Sehnsucht von Ameisen? Il n’est pas si évident pour nous, les humains, de contempler la beauté de la création … et de respecter l’espace vital de ses habitants. ALBERT SCHWEITZER, médecin et pasteur alsacien (1875-1965) : Chaque fois que je détériore une vie quelconque, il faut que je me pose clairement la question de savoir si c'est nécessaire. Jamais je ne devrais m’autoriser à aller au-delà de ce qui est indispensable, même dans les cas apparemment insignifiants. Dans chaque cas particulier, il faut qu'ils aient auparavant posé la question de savoir si la nécessité de faire subir ce sacrifice à l'animal pour l'humanité s'impose vraiment. Ils doivent alors s'inquiéter de faire tout leur possible pour adoucir la douleur. Wo ich irgendwelches Leben schädige, muss ich mir darüber klar sein, ob es notwendig ist. Über das Unvermeidliche darf ich nicht hinausgehen, auch nicht in scheinbar Unbedeutendem. In jedem einzelnen Fall müssen sie erwogen haben, ob wirklich Notwendigkeit vorliegt, einem Tier dieses Opfer für die Menschheit aufzuerlegen. Und ängstlich müssen sie darum besorgt sein, das Weh, soviel sie nur können, zu mildern. #frisoulch #albertschweitzer

A post shared by fri-soul (@fri.soul.ch) on

 

 

View this post on Instagram

fri-SOUL IMPULSE #3: Frühling will es werden. Wie lange dauert's noch? Ich kann es kaum erwarten … das Leben in voller Blüte! Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie ! (Extrait du poème ci-dessous) #frisoulch #blossom Poème partagé par GERDA, une bénévole à Point d’Ancrage, un accueil pour migrants: C'était en mars 2020 Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir. Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt. C'était en mars 2020 Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n'y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades. Mais le printemps ne savait pas, le temps d'aller au jardin arrivait, l'herbe verdissait. C'était en mars 2020 Les gens ont été mis en confinement pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient. Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé. Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d'autres valeurs. Les gens ont réalisé l’importance de la santé. Mais le printemps ne savait pas. Les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées. Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l'ont appris à la télé. Le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants Et c'est là que l'été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie

A post shared by fri-soul (@fri.soul.ch) on

 

 

View this post on Instagram

fri-SOUL IMPULSE #1: Confiné-e? Explore ton univers intérieur! Bei eingeschränkter Bewegungsfreiheit, erforsche dein inneres Universum! ELLA MAILLART, aventurière suisse (1903-1997) : L’étendue doit être en nous, ne peut être qu’en nous, car autrement il s’agit d’une mensuration géographique. Seul celui qui peut concevoir et mûrir l’étendue peut la posséder – après avoir trouvé le moyen de l’exprimer. Die Weite muss in uns sein, sie kann nur in uns sein, denn sonst würde es sich nur um ein geographisches Mass handeln. Nur wer die Weite erfassen und reifen lassen kann, kann sie besitzen – nachdem er das Mittel gefunden hat, sie auszudrücken. #frisoulch #ellamaillart

A post shared by fri-soul (@fri.soul.ch) on

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s